Parmi les métiers de santé les moins connus, celui de brancardier figure en bonne place. Souvent confondu à l’ambulancier, le brancardier est un agent chargé de transporter les patients en soins. Cette profession, bien que mésestimée, est d’une importance capitale pour le bon fonctionnement des hôpitaux. Quel est le rôle du brancardier ? Comment accéder au métier ? Et surtout, quid du salaire et des conditions de travail ? Les réponses dans les lignes qui suivent.

Qu’est-ce qu’un brancardier ?

Membres du personnel hospitalier, les brancardiers sont des agents chargés du transport et de l’assistance des patients au sein des établissements de santé (hôpitaux publics, cliniques, maternités, etc.). Il faut distinguer ce corps de métier de celui des ambulanciers. Ces derniers sont chargés de transporter les patients hors des centres de soins.

En gros, le brancardier déplace des malades à l’intérieur du centre de santé où il officie. Le transport doit être effectué dans les meilleures conditions possibles. Pour ce faire, le brancardier sait exactement quel mode de transport convient selon l’état du patient et sa mobilité (fauteuil roulant, chariot-brancard…). Il s’assure aussi du bon positionnement de l’équipement médical et de son entretien. Par ailleurs, les brancardiers aident les patients à s’installer sur leur brancard. Ils sont aussi habilités à les porter au besoin.

La transmission des dossiers médicaux (en urgence) et le transfert des effets personnels des malades font également partie de leurs prérogatives. Pour accéder à cette profession, il faut suivre une formation brancardier.

La formation pour devenir brancardier

Il est possible de devenir brancardier sans aucun diplôme. Toutefois, la possession de l’AFGSU2 est nécessaire. Il s’agit de l’Attestation de Formation aux Gestes et aux Soins d’Urgence niveau 2. À défaut, les aspirants doivent impérativement posséder le PCS1 (Prévention et secours civiques de niveau 1). Il faut également mentionner la reconnaissance de l’aptitude physique au port des charges qui est également obligatoire.

Quelles sont les conditions de travail des brancardiers ?

Les brancardiers sont recrutés par les centres hospitaliers publics comme privés. Il peut s’agir de cliniques, de grands hôpitaux, de maternités, etc. Après le recrutement, chaque centre de santé organise une formation interne. Celle-ci est supervisée par des médecins professionnels.

Les horaires de travail de ces agents varient en fonction de la taille de l’établissement de santé et d’autres facteurs. À titre d’exemple, un brancardier affecté à un bloc opératoire travaillera entre 8h et 12h de temps dans la journée.

Concernant le salaire, il faut retenir qu’un brancardier touche environ le SMIC. Dans un service public, il détient le statut d’agent des services hospitaliers qualifiés (ASHQ). Dans ce cadre, il est payé 1 593 euros brut le mois. S’il officie dans l’armée de terre, sa rémunération avoisinera les 1 362 euros net par mois (seulement pour les célibataires sans charge). Une rémunération qui peut nettement augmenter en opération extérieure.

Les qualités et compétences requises pour devenir brancardier

Pour devenir brancardier, il faut avoir de l’empathie et la volonté d’aider les autres. Aussi, le brancardier doit être capable de travailler sous pression et de gérer le stress. Il doit avoir un bon sens du relationnel pour gagner la confiance des patients ainsi que celle de ses collègues. Pour finir, il doit maîtriser les gestes de premiers secours et les méthodes de manutention.