Michelle Sana Chukwu-Eni galvanise ses distributeurs pour une vente accélérée

( Le record de vente jamais atteint attendu dans les tous prochains jours )

Faire connaitre les aspirations de l’entreprise Jehovah Jireh fountain Beauty International (JJFBI) afin de relever les forces et les faiblesses, les opportunités et les menaces qui planent sur la vente des produits cosmétiques de beauté et de parfumerie afin de définir une vision et une nouvelle structuration pour son fonctionnement. Tel était l’exercice auquel étaient conviés, au siège de JJFBI à Akpakpa ce samedi 17 juillet 2021, distributeurs et distributrices en vue de faire des propositions idoines de stratégies pour une vente non seulement améliorée mais accélérée.

Elle était connue pour ses valeurs en tant que première responsable d’une des plus grandes maisons de beauté à Cotonou quartier Akpakpa. Présente dans le domaine de cosmétique et de parfumerie depuis environs six ans, madame Michelle Sana Chukwu-Eni est appréciée par nombre de personnes pour son intransigeance envers la médiocrité et l’apitoiement. Par sa participation à l’épanouissement de bon nombre de personnes à travers son entreprise de vente de produits cosmétique installée à Cotonou, entreprise qui permet d’ailleurs à des milliers de compatriotes de pouvoir joindre les deux bouts, Michelle Sana Chukwu-Eni est désormais passée de l’ombre à la lumière en devenant le numéro un en distribution des produits cosmétiques, de parfumerie et de représentation commerciale au Bénin. Mais alors que dans la majorité des cas, bon nombre de béninois allaient croiser les bras parce que déjà arrivés au sommet, elle milite jours et nuits afin que de milliers de personnes en l’occurrence ses distributeurs et distributrices puissent eux-aussi arriver au même diapason qu’elle. Et pour joindre l’acte à la parole, des petits plats ont été mis dans les grands le samedi 17 juillet dernier afin d’offrir à ceux-ci un séminaire d’information et de formation dénommé Beauty Business Impact. Preuve de cette réalité loin d’être un rêve, plusieurs communications ont été animées par des experts du domaine de la beauté invités pour la circonstance.

En procédant à l’ouverture des travaux de ce séminaire organisé au siège de l’institution à Akpakpa Sènadé, le numéro un de Jéhovah Jireh Beauty International dira qu’il était nécessaire de marquer une pause après des années d’expériences capitalisées et d’aider les distributeurs qui, quoi qu’on dise sont comme des collaborateurs à corriger les imperfections pour améliorer leur vente. « C’est pour cela qu’il nous a paru nécessaire, dès le début du deuxième semestre de cette année 2021 de non seulement scruter avec attention ce qui a été fait jusque là mais aussi d’arriver ainsi à prendre des dispositions efficientes pour l’avenir en vue d’éviter de tomber dans les travers dommageables pour la pérennisation de notre entreprise », a-t-elle laissé entendre. Comptant aujourd’hui près de 73 distributeurs, JJFBI à travers le leadership éclairé de Michelle Sana Chukwu-Eni permet aujourd’hui à des milliers de personnes de faire du concret en constituant un capital sérieux contrairement au marketing de réseau. Reconnaissant que l’accroissement de la vente ne peut se faire qu’en s’appuyant sur la richesse des années d’expériences acquises par des ténors de ce domaine, celle-ci a invité le coach Epiphane Senou à saisir le lutrin pour un temps de partage d’expérience. Il sied de noter dans son franc-parler que n’est pas vendeur qui veut mais qui peut : « le métier de vendeur est un métier noble qui demande beaucoup de la part du vendeur. En effet, tout vendeur est un expert dans son domaine d’intervention. Il va discerner le besoin du client pour lui apporter une solution durable et efficace.>> A laissé entendre le coach Épiphane Senou avant d’ajouter que l’importance de discerner le but visé dès lors qu’on se revendique vendeur ou distributeur, est capitale. Les erreurs à éviter dans la vente ont été également abordées par le coach Épiphane Senou. Pour finir, il a dans ses dits, remercié madame Michelle Sana chukwu-eni et Nadine Josiane Tchaou pour cette noble mission qu’elles se sont assignées, celle de faire des distributeurs des hommes et des femmes de résultats.

C’est dans cette même optique qu’avant de clôturer le séminaire, Michelle Sana chukwu-eni et Nadine Josiane Tchaou vont par la suite faire un clin d’œil à certaines catégories de béninois « nous voudrions lancer un appel à toutes les personnes, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes qui œuvrent chaque jour pour un Bénin meilleur, car c’est cela qui guide nos actes et devraient être l’aspiration de tous >>.

Par Pancrasse Gandaho

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here